Découvrir le Vietnam

UN AUTRE CONTINENT


Nous commençons notre voyage par le Vietnam. Situé à l’extrême orient de l’Asie, sous la Chine, entre le Laos et le Cambodge à l’Ouest et la mer de Chine à l’Est, le pays est en forme de dragon. Son nom fait rêver et les descriptions nous font miroiter des paysages exotiques . Plus de 10 000 kilomètres le séparent de Bordeaux, notre ville natale. Après un trajet de presque trois jours, nous arrivons enfin.

Pour atteindre le pays du « dragon », nous avons pris un train jusqu’à Paris, puis un premier avion pour Helsinki avant d’attendre plus de 16h dans un aéroport désert aux allures de fin du monde avant d’embarquer pour un long vol de 10h collés à un groupe de russes en vacances. Notre objectif établi est de prendre simplement cet avion pour toute la durée de notre voyage (sans date de retour établie). Le but : éviter au maximum d’augmenter notre empreinte carbone et de voyager en temps « réel ».
Après deux repas dans l’avion, plusieurs sandwiches et pas assez d’heures de sommeil, nous débarquons à Ho Chi Minh Ville, la grande ville du Sud du Vietnam.


S’ADAPTER AU CHANGEMENT


Avec nos 16 kilos de bagages sur le dos et la fatigue dans les jambes, tout ce que nous voyons prend une dimension étrange. De la femme dans le bus avec ses grands bas; encaissant les billets et tendant les tickets; à l’odeur de la ville bruyante et emplie de moiteur chaude; aux centaines de scooters démarrant en trombe dès que le feu devient vert.

Nos premiers jours passent comme une sorte de transe. Nous dormons beaucoup et nos seules sorties se résument à trouver à manger. Quand la fatigue, le décalage horaire et le changement brutal de température et d’ambiance sont surmontés, on se décide enfin à s’élancer dans les rues agitées du Vietnam.
Les premières impressions défilent les une après les autres pour s’entasser parfois dans le désordre. La chaleur, le bruit, la nourriture, l’agitation, les gens, la nourriture encore, la circulation, la végétation, les gens toujours …

Les débuts sont difficiles, perturbants. Quand on aime marcher, le Vietnam peut se révéler difficile à dompter. En effet, personne ne se promènent tranquillement dans les rues. Tout ce petit monde va à scooter ou à vélo. Il n’existe presque pas de trottoir ou d’espace où marcher à son rythme. Ici, tout va vite. On s’habitue et on commence à guetter les routes moins fréquentées. Ces rues possédant des trottoirs où il nous faut slalomer entre les nombreux scooters ou les tables entassés dessus.


DÉCOUVRIR UNE CULTURE INCONNUE


Pas après pas, le Vietnam s’ouvre à nous et nous découvrons une ville de tradition et de mouvement. Au fil de nos virées, nous finissons par voir se dessiner les schémas des différentes habitudes vietnamiennes.
On repère les vigiles postés sur leur petite chaise en plastique attendant tranquillement sous un parasol l’arrivée des scooters qu’ils s’empressent de ranger en ligne continue sur les trottoirs. On aperçoit de loin les garages souterrains ouverts 24h/24h des grandes maisons saïgonnaises toutes fines et si hautes.

Dans les rues, on s’habitue aux vendeurs ambulants de banh mi pour se nourrir à n’importe quelle heure de la journée et aux petits ca phé où les habitants se retrouvent pour partager un moment de détente. On arrête de compter les dizaines de petits restaurants proposant des soupes phô, pour noter les différentes particularités entre chaque plat.

La nourriture est essentielle, elle se dévoile et se savoure dans les rues, sur les trottoirs, dans les restaurants, chez les gens… Après plusieurs jours, nous sommes convaincus : peu importe l’heure et l’endroit, on trouve toujours quelque chose à manger au Vietnam. Il s’agira sans doute d’une soupe phô classique mais c’est plus que ce que l’on trouve au coin de la rue en France le jour du nouvel an !


UN PAYS AGITÉ & BRUYANT


Et si nos yeux d’occidentaux cherchent encore à comprendre l’organisation des boutiques et échoppes, on se laisse entraîner par le rythme du pays. Nous commençons à nous détendre dans les rues et les lieux bondés. Comme partout dans le monde, ce sont les habitants qui font le pays. Et à Saïgon, ils sont partout !
Le Vietnam compte une population de plus de 96 millions d’habitants pour un territoire de 330 967 kilomètres carrés. Pour donner un ordre de comparaison, la densité en France est d’environ 100 habitants au kilomètre carré, alors qu’elle monte ici à plus de 280 habitants ! Compliqué au Vietnam de parcourir quelques mètres sur une route sans croiser quelqu’un.

Même depuis leur maison, les vietnamiens sont un peu dehors puisque les portes et fenêtres ne sont jamais fermées et il y a toujours des chaises et une table dressée dans la cour. D’ailleurs on les entend à toute heure puisqu’ils adorent la musique (qu’ils lancent à fond sur des hauts parleurs crépitants) et encore plus la chanson. Le karaoké connaît au Vietnam un succès flamboyant et on peut croiser au fin fond de la campagne un vietnamien seul, chantonner de tout son cœur dans un micro. Le rythme n’est pas souvent là mais ils aiment ça et ça suffit à nous faire sourire. Et qui sait, on chantera peut-être bientôt avec eux…

Si quelques vietnamiens ont déjà tenté de nous faire chanter, sans résultat pour l’instant, l’échange est souvent difficile. L’anglais est peu parlé et notre vocabulaire en vietnamien se compose de « merci », « bonjour » et quelques mots en rapport avec l’alimentation. Pourtant les vietnamiens nous semblent accueillants, ouverts et bienveillants. On ne dira pas que chaque personne que l’on croise est sympathique mais pour l’instant la majorité l’emporte !


NOS PREMIÈRES IMPRESSIONS


Ce que nous ressentons après quelques temps ici : le Vietnam est un pays chaleureux, bruyant et en mouvement constant. Le pays nous intrigue. Beaucoup de choses nous échappent encore et cela nous donne envie d’en apprendre davantage.
Plus que tout, on se sent à l’aise dans ce pays si différent de ce que l’on connaît. Aucune animosité, pas un regard agressif et des paysages superbes dès que l’on s’éloigne des grandes villes. Même le trafic finit par possèder un certain charme…

Si nous sommes impatients de découvrir davantage la culture et les habitants, nous voulons encore plus explorer les contrées plus sauvages. La faune et flore semblent particulièrement riche dans les régions et les grandes étendus maritimes valent aussi le détour. D’ailleurs, le pays s’articule majoritairement autour la façade côtière de la mer de Chine. Géographiquement il est séparé en 3 régions distinctes : le Tonkin au Nord, l’Amman au Centre et la Conchinchine au Sud. À l’heure actuelle, nous n’avons visité qu’une partie du Sud du pays mais nous avons trois mois pour découvrir le pays.



14 thoughts on “Découvrir le Vietnam”

  1. Salut les loulous,

    Super, merci pour ces magnifiques commentaires. On est très heureux de pouvoir vous suivre et vous lire dans vos tribulations !

    On vous souhaite le meilleur pour la suite.

    On se réjouit de lire la suite…..

    1. Merci pour votre commentaire, en espérant que les articles vous intéressent ! D’autres viendront sur nos expériences et les rencontres… On vous embrasse tous les deux, prenez soin de vous.

  2. Merci pour ce beau partage! On s y croirait et cela donne trop envie de vous rejoindre. Hâte de lire la suite:)🤗

    1. Merci beaucoup, ça nous fait plaisir d’avoir des retours ! On essaie de partager au maximum ce qu’on peut voir et ressentir. La suite arrive bientôt, avec une vision plus personnelle de la vie au Vietnam…

  3. Merci beaucoup pour ce partage dans les limbes de l ‘Asie. Profitez magnifiquement de votre expérience qui forgera à jamais votre vie.
    Marie-Anne
    Une amie d Annick Gombert

  4. Sacré départ , il me tarde de vous voir chanter avec eux…

    L’avis d’européens et encore plus d’amis de tels pays est ; et va être enrichissant.
    Merci de partager et j’espère que vous appréciez votre aventure.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *